Faire un rêve lucide puis un voyage astral – méditation guidée –
4.7 (94.44%) 18 votes

Après plusieurs heures de recherche afin d’appuyer une pratique pour vous “pondre” un script de qualité(texte qui va vous emmener progressivement dans un état non ordinaire de la conscience) , j’ai l’honneur et la joie de vous proposer une méditation pour induire un rêve lucide et continuer vers un voyage astral. Mais avant tout, je vous demande si vous le voulez bien et si vous aimé cet article, de noter et commenter mon essai “Devenez un glisseur hors-frontières: ou comment faire un voyage astral” en cliquant juste sur ce lien ->ici<-. Je vous remercie sincèrement par avance!

Le mot astral est purement générique mais commun et désigne les plans subtils difficilement cartographiables par manques de panneaux indicateurs. On pourrait évoquer aussi les sorties hors du corps ou encore les voyages extracorporelles qui sont de la même thématique et pratique. Le rêve lucide est quand à lui le fait de contrôler, maîtriser son action et ses pensées au seing d’un univers onirique. Nous allons voir dans cet audio comment rentrer dans le sommeil, comment balayer les pensées intruses, comment rentrer consciemment dans un rêve et y interagir, et comment en sortir pour provoquer une glisse de la conscience vers un corps subtil et voyager hors des frontières de la matière.

Je vous invite à aborder cette méditation guidée, comme un jeu et surtout comme un moment rien que pour vous. Vous le faîtes pour vous à votre rythme. Peut être qu’en une seule écoute des résultats exceptionnels se produiront, mais peut être aussi qu’il peut ne rien se passer. Et si c’est le cas, autorisez vous à vivre cette expérience en commençant par l’imaginer. Faites comme si. Comme si c’était possible. Afin de créer les bonnes connections neuronales dans le cerveau et envisager, accepter que l’incroyable puisse côtoyé votre vie. Ne soyez pas trop dure avec vous mêmes, mais patient, attentif. Quoi qu’il en soit vous aurez un certains nombres de clef à votre profit, et qu’à force d’écoute, l’expérience peut se produire spontanément sans audio durant une simple nuit de sommeil. Car comme pour beaucoup de choses, on finit par intégrer cela dans son quotidien, ce qui devient une « simple » partie de la réalité. Grâce à une programmation douce que vous vous êtes permit.


hypnose en ligne ou a distanceCoucou! Vous avez envie que l'on se rencontre dans un but thérapeutique ou spirituel? Je vous propose des séances en ligne par webcam ou chez vous sur le secteur de la Charente Maritime. RDV sur le menu du site en allant dans consultation. @tout de suite

Alors commençons.

Adoptez une position horizontale confortable, de préférence sur le dos. Si vous ne supportez pas d’être couché sur le dos, couchez-vous alors sur le côté droit. Supposons donc que vous soyez maintenant couché dans une position horizontal sur le dos, les mains reposant à vos côtés.

Respirez calmement et régulièrement. Fermez vos yeux, et tout au long de l’audio vous pourrez vous imaginer vous même en esprit en train de faire ce qui est proposé, ou faire réellement, alors portez maintenant attention à votre main gauche… Lentement, très lentement

contractez la musculature de la main gauche, … ressentez la tension… et graduellement,

détendez complètement la main gauche… Concentrez-vous sur la différence entre un état

de tension et un état de relaxation dans la main gauche.

Portez maintenant attention à votre bras gauche… Lentement, tendez la

musculature… sentez la tension… et lentement, relâchez le bras gauche…

Concentrez-vous maintenant sur la main droite… Graduellement, contractez le

muscle… ressentez la tension dans toute votre main et… lentement, détendez

complètement la musculature.

Portez maintenant attention à votre bras droit… Contractez lentement le bras

droit… ressentez la tension envahir la musculature de votre bras… centrez-vous sur la

tension… et relâchez lentement le bras droit. Concentrez-vous sur la différence entre la

tension et la relaxation dans votre bras droit.

Concentrez-vous maintenant sur la musculature du front… Contractez le front…

ressentez la tension… et très graduellement, relâchez la tension.

Portez maintenant attention à la région des yeux et des paupières… Lentement,

contractez cette région… concentrez-vous sur la tension et très graduellement,

commencez à détendre la musculature… lentement… détendez.

Concentrez-vous maintenant sur la mâchoire et la région de la bouche. Contractez

les muscles… centrez-vous sur la tension… et relâchez complètement… détendez.

Concentrez-vous maintenant sur la langue. Contractez la musculature… ressentez

la tension… puis lentement, relâchez les muscles.

Concentrez-vous maintenant sur la détente dans la musculature faciale, le front,

les yeux, la mâchoire, la bouche et la langue.

Portez maintenant attention au cou. Graduellement, contractez la musculature du

cou… ressentez la tension… puis lentement… détendez les muscles du cou.

Portez maintenant attention aux épaules… Tendez la musculature… Concentrez-

vous sur la tension… et graduellement relâchez complètement les épaules.

Concentrez-vous maintenant sur la région du thorax et de l’abdomen… D’abord,

contractez le thorax vers l’intérieur… ressentez la tension… et lentement, relâchez la

musculature… Respirez calmement et régulièrement… Contractez maintenant le thorax

vers l’extérieur… centrez-vous sur la tension… et graduellement, relâchez la

musculature, détendez.

Portez attention à votre respiration :

régulièrement… inspirez… expirez…

inspirez…

expirez…

lentement,

Respirer est à la fois un acte involontaire et volontaire. Involontaire, parce qu’on respire sans y penser. Volontaire, parce qu’on peut contrôler l’influx de l’air qui entre dans notre corps et le tempo du processus. Ça, c’est très important. De la maîtrise de la respiration dépend de la réussite de la méditation, surtout au départ. Les bouddhistes demandent à leurs adeptes d’être simplement conscients de leur inspiration et de leur expiration. Voilà un excellent adage et le seul qu’il faut vraiment suivre au départ. Vous effectuez donc de longues inspirations et expirations et vous vous concentrez sur ces seuls gestes. La conscience est ainsi dirigée vers de ce seul mouvement : l’entrée et la sortie de l’air. Ce geste qui semble annodin, mais si difficile au départ à maîtriser, permet à notre être d’évacuer les pensées et les émotions qui assaillent notre conscience.

Krishnamurti disait que les pensées ne sont jamais neuves parce qu’elles sont une réponse de la mémoire, de l’expérience et de la connaissance ; elles ne laissent aucune place pour la nouveauté. Cette concentration sur la respiration aide à créer l’espace en soi pour se relier avec soi et mieux accueillir ce qui peut se présenter.

Concentrez-vous sur la détente dans la partie supérieure du corps : les mains, les

bras, la musculature faciale, le cou, les épaules, le thorax et l’abdomen.

Portez maintenant attention à la cuisse gauche. Lentement, tendez la

musculature… ressentez la tension… et graduellement, relâchez complètement la cuisse

gauche… détendez.

Concentrez-vous maintenant sur le pied gauche et le mollet gauche… Contractez

graduellement les muscles… ressentez la tension… et lentement détendez la

musculature…

Portez maintenant attention à la cuisse droite. Lentement tendez la cuisse droite…

centrez-vous sur la tension… et très lentement, relâchez la musculature, détendez.

Concentrez-vous maintenant sur le pied droit et le mollet droit. Tendez

graduellement les muscles… sentez la tension… et très lentement, graduellement

détendez le pied et le mollet.

Tendez vos deux orteils et relâchez les comme un chat qui tend et relâche ses pattes en ronronnant.

Ressentez maintenant la détente dans l’ensemble de votre organisme : les mains,

les bras, la musculature faciale, le cou, les épaules, le thorax, l’abdomen, les jambes et les

pieds.

Prenez une profonde inspiration, gardez la une seconde, puis essayez de forcer cette respiration dans le creux de votre estomac de façon à ce que le diaphragme se bombe à cet endroit. Ensuite expirez en forçant tout l’air à sortir de vos poumons. Répétez cela le temps que je vous explique l’intérêt de relaxer le plexus solaire. La décontraction du plexus solaire est essentielle de façon à ce que vous puissiez nettement le sentir « s’ouvrir comme une fleur », juste en dessous de l’endroit où les côtes se divisent ; si le plexus était tendu, cela arrêterait votre développement, jusqu’à ce que vous puissiez complètement le relaxer. La chose à faire pour cela est de vous concentrer et d’acquérir assez de contrôle pour que vous puissiez réellement le sentir et par là, vous détendre à fond. Le plexus lui-même est comme une grande tortue ; il dirige le système nerveux sympathique, les fonctions digestives, la vie organique et végétative ; aussi pour cette raison l’estomac ne devrait pas être plein quand des exercices de relaxation sont pratiqués, car cela compresse le plexus et le cœur. C’est une des raisons pour lesquelles il importe que la nourriture soit très légère et l’estomac vide.

Reprenez un rythme respiratoire calme et tranquille. Vous êtes attentif à votre cœur.

Vous en remarquez les pulsations et vous êtes capable de les sentir véritablement à cet endroit de votre poitrine. Gardez votre esprit concentré sur ces pulsations jusqu’à ce qu’elles soient très prononcées, jusqu’à ce que vous puissiez à la fois les sentir et les entendre distinctement. Vous ne devez pas sentir « manuellement » ces pulsations ; vos mains sont toujours sur vos côtés. Vous devez sentir votre cœur battre en vous.

Ce sont les mêmes pulsations que vous ressentez dans le bas de la tête quand vous êtes projeté et dans le champs d’activité de la corde d’argent, et elles constituent en fait les seuls sensations physiques naturelles que vous possédez pendant que vous êtes projeté.

Complètement détendu, vous ressentez et entendez les pulsations de votre cœur dans votre poitrine. Écoutez très attentivement : ça cogne, ça cogne, ça cogne. Maintenant déplacez votre centre de concentration vers la nuque et « sentez votre coeur battre dans votre nuque », dirigez vos pensées vers vos joues et sentez les pulsations. Comme vous les sentez dans vos joues, passez au sommet de votre tête et concentrez-y vos pensées. Maintenant, vous les sentez là dans votre cuir chevelu.

Vous renvoyez votre pensée et les pulsations dans les joues, la nuque, la poitrine et vous continuez à descendre jusqu’au creux de l’estomac. Ça cogne dans l’estomac.

Vous vous concentrez un peu plus bas, dans le creux inférieur de l’abdomen. C’est un endroit où les pulsations où il est relativement facile de sentir les pulsations, presque aussi facile que de les sentir dans la nuque.

Vous vous concentrez sur vos cuisses où les pulsations sont parfaitement perceptibles.

Votre attention descend aux mollets et les pulsations sont régulières, nettes.

Concentrez vous sur vos pieds, la plante même des pieds avec ces pulsations cardiaques qui y sont très précises.

Revenez à vos mollets, voilà que vous y sentez les pulsations ; revenez à vos cuisses, et voilà les pulsations. Concentrez-vous maintenant sur votre cuisse droite en oubliant la gauche. Vous voyez, vous pouvez sentir les pulsations de votre cœur où que vous vous concentriez.

Continuons sur la région du bulbe rachidien correspondant à la partie inférieur du tronc cérébral, c’est la moelle allongé situé grossomodo en haut de la nuque. Amenez les pulsations à cet endroit bien précis.

Et comme vous êtes capable de ressentir et entendre les pulsations cardiaques dans chaque partie de votre corps en vous concentrant sur la partie concernée, nous allons maintenant réduire le rythme des pulsations. Durant votre concentration sur cet organe, supposez que vous êtes une intelligence et qu’il en est une autre, et qu’il peut comprendre votre pensée et lui obéir car c’est, en fait, presque cela. Le cœur est contrôlé par une intelligence, qui est l’intelligence subconsciente. Vos pensées, votre concentration, peuvent être considérées comme formant une autre intelligence. Aussi, si vous souhaitez réduire ou augmenter la vitesse de vos pulsations cardiaques, supposez que votre cœur est « gouverné par une intelligence ».

Vous vous concentrez sur le cœur en pensant qu’il bat plus lentement et qu’il obéit à votre suggestion. Vous saisissez le rythme adéquat et vous battez la mesure dans votre esprit en vous concentrant sur ce rythme de battements jusqu’à ce qu’il soit parfaitement régulier et plus lent. Il est un fait que les pulsations de notre cœur sont moins élevées quand nous dormons que quand nous sommes éveillés, et c’est la circulation du sang dans sa lenteur qui produit la torpeur. Pour chaque individu le rythme cardiaque normal varie, bien entendu et alors que votre corps physique arrive à un certain stade dans le sommeil, il est clair qu’une réduction des pulsations de l’ordre de dix à quinze en dessous de la normale vous permet d’atteindre une zone de quiétude. Parlez intérieurement à votre cœur et dites lui  « cœur, tu vas maintenant battre cinquante fois par minute ! ». Ne calculez pas les battements, n’analysez pas. Vous faîtes simplement confiance au processus et à la suggestion, et vous en ressentez de suite l’impact avec un corps qui s’enfoncent toujours plus profondément dans le sommeil.

Et comme votre coeur bas calmement, que son rythme coïncident avec un état de conscience idéale à de nouvelles expériences maîtrisées et donc totalement lucides, vous attirez votre attention dans le noir derrière vos paupières.

Ce noir n’est peut être pas tout à fait noir, il y’a peut y’avoir un passage de nuages clairs  ou encore de points lumineux, comme si vous étiez sur terre et que vous regardiez le ciel la nuit avec sa voie lactée.

Les images qui défilent sous vous yeux vous apparaissent comme de sombres luminosités de diverses couleurs, désorganisées, apparaissant, grossissant et disparaissant aussi vite qu’elles ont rétréci.

Ce petit spectacle s’en va, revient et est très mobile. Vous portez par la même occasion à une détente parfait des paupières et des petits muscles autour des yeux si vous pouvez encore sentir votre corps physique.

Sans réflexion, sans analyse vous observez dans toute sa simplicité ce qui apporte plus de lumière et de couleur à ce qu’il se passe.

Tout se spectacle occupe de plus en plus d’espace et devient toujours plus mobile. Le tout semble prendre vie. Un ballet se met en place: ça tourne, ça danse. ET vous accueillez ce qui se présente en toute sérénité.

Vous allez constater que les images se précisent peu à peu, quelques formes commencent à se dessiner.  Tout en continuant l’observation vous prêtez attention à une seconde écoute au délà de cette méditation guidée, peut être votre respiration, les battements de votre coeur ou vos ronflements.

Vous continuez toujours à observer calmement, tranquillement et vous passez à une troisième écoute qui peut ressembler à un son perçu comme un bourdonnement, un sifflement ou même à un tintement ressenti dans le crâne ou dans l’oreille, c’est une sorte d’accouphène.

Votre vision commence à se fixer sur certains détails plus précis. A travers cette brume visuelle, vous distinguez des éléments de décors, des formes, un visage, un arbre…
Vous concentrez toute votre attention sur ces détails, et vous sentez merveilleusement comme si vous étiez dans un autre monde. Un monde fait de paix de calme et de sérénité.

Vous choisissez alors une image et vous la tirez à vous, en faisant attention d’aller doucement et progressivement, surtout si vous la sentez instable.

les détails que vous observez prennent rapidement vie, et votre champ de vision embrasse un environnement qui vous paraît tout à fait réel et présent. Vous pouvez ainsi contempler un sapin, et observer que l’environnement se transforme rapidement en un paysage de montagne, ou encore observer une porte qui vous semble familière, l’ouvrir, et pénétrer dans un environnement aux détails très précis, qui vous rappelle de très près votre domicile.
L’image grossit alors de plus en plus

Vous effectuez alors une petite pression mentale en ayant simplement la sensation d’être aspiré vers l’avant par une force de gravité intérieure pour vous fondre dans l’image. C’est un peu comme si vous étiez aimanté, attiré vers un tunnel lumineux.

Vous vous retrouvez alors projetés dans la scène qui vous entoure complètement.

Tout votre champ de vision de spectateur vous fait devenir acteur.

Vous êtes devenu un point de conscience flottant que vous pouvez diriger librement dans ce plan

Vous venez d’entrer dans un environnement où vous pouvez à loisir évoluer, vous venez d’entrer consciemment dans ce qu’on pourrait appeler un rêve lucide, et dans l’éventualité où vous n’avez encore rien perçu de tel, imaginez simplement un endroit agréable de votre choix dans lequel vous pouvez évoluer.

Choisissez de voler dans les airs, voyager dans le monde entier, vivre vos plus grands phantasmes, revoir vos chers disparus, avoir un rêve curatif, recevoir une leçon de sagesse.vous vous ancré de mieux en mieux dans la réalité sensorielle du rêve.

Je vous laisse quelques instants pour revenir vers vous et continuer l’aventure si vous le voulez bien.

Vous êtes à nouveau attentif à ma voix même si vous pouvez la percevoir de très loin. Vous allez maintenant dans le lieu dans lequel vous vous trouvez vous placer à un point en hauteur. Au sommet d’une montagne, en haut d’un immeuble, au pied d’un puit, volez, téléportez vous, courrez à toute vitesse, détruisez les obstacles. Vous y êtes.

La sensation doit être aussi réelle que possible. vous chutez sur le dos du haut d’un immeuble. Vous ressentez la chute, comme si rien ne vous retenait et que vous filiez à grande vitesse dans l’air.

C’est un peu comme si vous étiez assis sur une balançoire en hauteur les jambes tendus vers l’avant, et que la bascule se faisait vers l’arrière, vous donnant cette sensation d’être aspiré vers l’arrière et de chuter.

Et vous attirez plus particulierrement votre attention aun niveau de votre tête et encore plus précisément au sommet de votre crane. Vous vous propulsez tout simplement par cette zone en localisant cette sensation de chute. Vous oubliez tous vos corps et n’êtes plus qu’un point au dessus de votre tête, au dessus de votre front, l’aspiration est puissante, forte, et vous descendez, vous vous enfoncez, vous dévalez, vous vous affalez, vous chutez en toute sérénité. Vous ne cherchez pas à savoir où vous en êtes dans le processus car vous êtes en confiance avec vos capacités et connecté avec tout votre potentiel.
Vous ressentez une sorte d’effondrement sur vous mêmes, comme un fourmillement d’activation des terminaisons nerveuses mises à alerte par la sensation de chute qui exerce par cette occasion une pression énergétique forte.

Je vais vous laisser maintenant continuer l’aventure à votre rythme, tant que la vue astrale n’est pas activée, c’est que le corps astral n’est pas détaché en entier. Continuez alors la pression énergétique en accentuant la sensation de chute, avec cette volonté de vous éloigner du corps physique, et vous allez surement vous retrouver directement à flotter à la verticale dans la pièce au dessus de votre tête.


Bibliographie

BIEN VIVRE LE STRESS
Se libérer du connu-Modèle aléatoire
La Projection du corps astral

 

Ressources

https://www.yoan-mryo.com/phasing-astral

https://www.yoan-mryo.com/7-etapes-pour-hacker-votre-systeme-et-avoir-des-visions

http://www.attrape-songes.com/reves-lucides/10-belles-aventures-en-reve-lucide

http://forum.astralsight.com/index.php?/topic/56-la-projection-astrale-en-reve-lucide

[Total : 0    Moyenne : 0/5]
Si vous avez apprécié cet article, inscrivez-vous à la newsletter

ebook de yoan mryoRecevez gratuitement les prochains articles, accédez à des ressources exclusives et telechargez l'ebook: Rêve en conscience, qui offre une multitude de conseils pour favoriser la lucidité onirique. Plus de 1000 personnes l'ont fait, pourquoi pas vous ?